Histoire Russe

La mort de Raspoutine

En décembre 1916, celui qu’on surnomme le Tsaret meurt. Assassinat politique, la mort de Raspoutine constitue un véritable mythe.

Mort de Raspoutine : l’assassinat de Grigori Raspoutine

On ne présente plus le personnage de Raspoutine. Plus d’un siècle après sa mort, le personnage est toujours célèbre, et entouré de mystère. Une vie remplie d’intrigues politiques, de romances ont fait de cet intrigant proche de la famille de Nicolas II une figure historique sans pareil. Mais connaissiez-vous les détails de la mort de Raspoutine ? Le récit de son assassinat, en décembre 1916, vaut le détour !

 

La mort de Raspoutine : un assassinat politique

 

Pour comprendre la mort de Raspoutine, il est important de revenir un peu en arrière et de contextualiser. A la veille de la Première Guerre Mondiale, l’influence politique de Raspoutine sur la tsarine Alexandra Fiodorovna est au plus haut. Alors que Nicolas II prend le commandement des armées, il délègue à sa femme la gestion des affaires internes. Elle s’appuie sur Raspoutine, comme conseiller.

Cette proximité est mal vue par bon nombre de hauts-gradés, qui y voient un risque pour la sécurité nationale. Parmi eux, Félix Youssoupov, un jeune prince russe dont la famille a souffert des politiques impériales auxquelles Raspoutine est lié.

 

Le complot qui mena à la mort de Grigori Raspoutine

 

Félix Youssoupov décide de s’entourer d’une poignée d’alliés, pour la mise à mort de Raspoutine. Parmi eux, Dimitri Pavlovitch, grand-duc, Vladimir Pourichkevitch, député, Sergueï Soukhotine, lieutenant de l’armée russe, et Stanislas Lazovert, docteur. Oswald Rayner, membre des services secrets britanniques, jouera aussi un rôle dans l’assassinat.

La mort du Tsaret est fixée à la mi-décembre.

Durant tout le mois de novembre, Félix s’échine à se rapprocher de Raspoutine. Il lui rend visite régulièrement, dans le plus grand secret. Les murmures vont bon train : on imagine une relation homosexuelle entre ce jeune prince russe et Raspoutine.

Le plan consistait à inviter Raspoutine à une soirée, lors de laquelle Félix lui présenterait sa jeune épouse. Le diner serait en fait empoisonné, dans la nourriture comme dans les boissons.

 

Le récit de la mort de Raspoutine

 

La tentative d’empoisonnement

Le soir du 29 décembre 1916, le diner est prêt. Le docteur Stanislas Lazovert verse du cyanure sur des gâteaux et empoisonne le vin. A cette époque de sa vie, Raspoutine est extrêmement méfiant, et a peur de complots qui pourraient s’ourdir contre lui. Pour gagner sa confiance, certains gâteaux sont laissés intacts : les convives les mangeront donc devant Raspoutine, comme si de rien n’était.

Mais Raspoutine arrive, et la débâcle commence : le tsaret refuse et les gâteaux et le vin. Lorsque, à force d’insister, Félix arrive à lui en faire ingurgiter, rien ne se passe. Le cyanure, destiné à tuer Raspoutine, ne semble pas faire effet ! Une autopsie réalisée sur le corps mort de Raspoutine ne montrera en fait aucune trace de poison. L’Histoire ne dit pas si le prince lui avait servi les mauvais gâteaux, ou si Raspoutine avait simplement fait semblant de les manger.

 

Raspoutine reçoit une balle en plein cœur

Face à la situation, Félix décide de s’emparer du revolver du Grand-Duc Dimitri Pavlovitch. Il se glisse dans le dos de Raspoutine et l’interpelle. Au moment où le tsaret se retour, Félix Youssoupov lui tire une balle en plein cœur.

Ses complices arrivent, et le docteur examine le corps sans vie de Raspoutine. Il le déclare rapidement mort.

 

L’assassinat raté de Raspoutine

Pour se remettre de leurs émotions, les complices du meurtre décident de se rejoindre dans une autre salle, et boire un remontant. Mais Félix, tremblant encore de son geste, n’est pas rassuré. Il décide de retourner auprès du corps de Raspoutine pour l’inspecter de nouveau.

Surprise : le tsaret ouvre grand les yeux et se jette sur le jeune prince. Malgré la balle qui lui aurait traversé le cœur, Raspoutine n’est pas mort ! Il tente d’étrangler Félix Youssoupov. Ce dernier parvient à se dégager pour aller chercher de l’aide auprès de ses complices. Lorsqu’ils arrivent, ils trouvent Raspoutine, rampant et tentant de s’échapper, une large trainée de sang derrière lui.

Il parvient même à sortir du bâtiment et à s’enfuir dans la nuit.

 

La seconde mort de Raspoutine

Plusieurs coups de feu retentissent dans la nuit russe : Raspoutine est poursuivi par plusieurs personnes, qui veulent sa mort ! Mais les balles le manquent. Oswald Reyner, un officier des services secrets britanniques, chargé de surveiller Raspoutine, attendait dehors. Plus expérimenté que les comploteurs, il lui tire dessus et ne manque pas sa cible. Pour la seconde fois de la soirée, Raspoutine s’écroule sous les balles.

L’autopsie révèlera une trace de balle, au milieu de son front. Cette fois, aucun doute ne semble permis : Raspoutine est bien mort !

 

La disparition du cadavre et l’autopsie de Raspoutine

Pour faire disparaître les traces de leur crime, Félix et sa bande décident de jeter le corps sans vie de Raspoutine dans la Nevka, une rivière qui traverse Moscou.

Malheureusement pour eux, le corps est repêché le lendemain. L’autopsie pratiquée montrera que de nombreuses balles ont touché le tsaret avant qu’il ne s’écroule mort.

 

Les commanditaires de l’assassinat de Raspoutine, compte-tenu de leurs rangs et du soutien populaire qu’ils reçurent, ne subirent pas de peine trop sévère. La plupart furent contraints à l’exil, et le Prince Youssoupov condamné à rester à résidence.

 

Pour en apprendre plus sur la mort de Raspoutine

Le Figaro a publié un article sur la mort de Raspoutine, au lendemain des événements. L’article de l’époque est disponible sur leur site.

J’ai tué Raspoutine, un film de 1967, qui relate les événements de la nuit.

La page Wikipédia de Raspoutine

 

Et pour découvrir d’autres morts historiques, découvrez notre article sur la mort de Félix Faure !

Mort de Raspoutine
Félix Youssoupov, responsable de la mort de Raspoutine
Palais de Youssoupov, où est mort Raspoutine